liquid bear

Liquid Bear : ne pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir écouté!

FatherubuPosté par

Il y a quelques jours, je voulais vous faire un article sur les plus beaux chants de Noël, ça me semblait être un super sujet, et puis j’ai reçu Unwind, le premier EP du groupe Liquid Bear…j’ai revu mon plan, on va finalement parler de rock! Du vrai, du certifié 100% guitare sans ajout d’électronique qui viendrait gâter le goût en bouche! Là mon bon monsieur, vos meilleurs souvenirs de King Crimson, de Zappa et Led Zeppelin ou encore de Pink Floyd, vont remonter à la surface. Back to 70’s comme dirait l’autre! Dans une vie parallèle, je faisais les marchés, je pense que ça transparait : veuillez m’en excuser.

A l’origine de Liquid Bear, on trouve quatre garçons originaires de Paris : Adrien Rouyer à la batterie, Kostia Yordanoff à la basse et au chant, Gaspard Kremer aux claviers et Ilya Franciosi à la guitare électrique. Me devant d’être précis (sinon je me prends des courriers d’insultes), les trois premiers nommés officiaient déjà au sein du groupe Abændon et Ilya est un ami de longue date du trio.

La pochette de l'EP Unwind
La pochette de l’EP Unwind

L’EP débute sur le morceau Time to Unwind, un bon titre d’ouverture, qui vous fera rentrer d’emblée dans l’ambiance…guitares puissantes et présentes, au service d’une batterie marquant le rythme, qui va vous suivre tout au long des cinq titres de Unwind. Le solo de guitare d’une vingtaine de secondes devrait vous scotcher sur votre siège! Ce premier titre est assurément puissant, tout en dégageant une sensation de danger, d’explosion à venir : j’aime.

Jug O’ Jack est sans doute mon titre préféré présent sur l’EP. Porté par des riffs omniprésents et une rythmique (la batterie peut plaider coupable) bien vitaminée, le morceau est une leçon de rock à lui tout seul : ça fait sacrément du bien!

Perfect Rose, un titre vraiment sympa, le plus proche des vénérables et vénérés King Crimson, selon moi (on pourra toujours en discuter).

Notre affaire se conclue sur le superbe morceau Harry & Bart, d’une durée de quasiment sept minutes, chose peu croyable en 2018! Pour ma part, j’ai beaucoup apprécié, le solo de guitare de Ilya Franciosi forme le cœur de ce (long) titre, qui se savoure tranquillement posé dans un canapé (ou un fauteuil si vraiment vous insistez). L’esprit de Led Zeppelin flotte au dessus de ce titre, qui ferme Unwind de la plus belle des manières.

Bons, vous aurez compris que j’aime bien Liquid Bear! Ce Unwind est un premier EP de bonne facture, qui mérite largement que l’on prenne vingt minutes pour le découvrir. L’âme de cet Unwind est résolument tournée vers les origines du rock progressif, le talent du quatuor est indéniable, sans tomber dans la parodie des formations légendaires 70’s. A notre époque postmoderne, cette sortie a quelque chose d’atypique, dans le bon sens du terme! Faisant fi des standards musicaux actuels, le quatuor de Liquid Bear se permet d’aller sur le terrain, sacrément casse gueule, de l’expérimentation, et ça leur réussit bien.

Unwind est sorti le 14 décembre dernier et c’est disponible à l’écoute et à l’achat, notamment sur Bandcamp!

https://liquidbear.bandcamp.com/album/unwind

https://www.facebook.com/liquidbear/

Laisser un commentaire