Miel de Montagne-900x600

Miel de montagne, LE coup de cœur des Bars en Trans !

GuittWallPosté par

Il est bien tard dans la nuit en rentrant chez moi à pied, la playlist des bars en trans résonne dans mes écouteurs. Dépité de marcher sous une pluie battante, la musique me berce. Quand soudain, un titre m’interpelle et mes lèvres chantonnent alors que c’est la première fois que j’entends ce titre : « Pourquoi pas ». J’ai la sensation, qu’il pleuve ou non, que je me sens heureux à rentrer de soirée dans cette solitude sombre portée par ce refrain entêtant. Je l’écouterai plusieurs fois en boucle pour finir par m’endormir dessus.

Dès le lendemain, je fais écouter le titre à mon entourage. Pas une personne ne résiste à ces paroles simples et ne cesse de les répéter en boucle. Il paraît évident, à la réaction de chacun que ce morceau marche auprès de tous. Certains me diront même : « Bin, c’est Miel de montagne ! Tu ne connais pas encore ? ». Et bien non, je ne connaissais pas et sachant qu’il se produit aux Bars en Trans, je décide d’en faire une de mes priorités pour assister à son concert et le rencontrer.

Avant même de vous parler de la suite, il serait temps d’évoquer Miel de Montagne. Ce jeune producteur français a fait ses débuts dans les clubs parisiens en composant des ambiances House. Il prendra un virage important dans sa carrière en croisant la route de Jacques. Il reviendra à ses débuts suite à un retour chez ses parents pour produire une pop électrique, décalée et mélancolique. Il est fort probable que vous ayez entendu son titre phare au cours de l’été. Les plus chanceux auront peut-être rencontré l’amour sur ce morceau. Car oui, c’est un titre qui laisse place à la rencontre, l’évasion et l’émerveillement.

Bref, une semaine après ma nocturne mélancolique, nous voilà aux Bars en Trans. Quelques heures avant son concert, nous rencontrons Miel de Montagne pour discuter :

W : Miel de montagne sonne comme un air de légèreté, un petit plaisir riche en douceur, c’est au final de la pop, de la pop électro ?

Miel de montagne : De la pop !!! Je dis pop au sens populaire car ça parle à tout le monde. Je n’ai pas envie que le style freine à l’incompréhension. Je dors souvent chez la tante du gars de mon label quand je suis à Paris, c’est tata Véro pour ne pas la citer et elle m’a dit : « ah ouais, ça ne me dérangeait pas trop le fait que ce soit électro puisque tu chantes avec ta guitare ». Du coup, juste pop, ça suffit !

W : Ton premier instrument était une batterie, aujourd’hui tu l’as délaissée ?

Miel de montagne : Oui, après je tape toujours un peu dessus. Hier, j’ai fait un morceau avec la batterie mais effectivement j’ai trippé avec la boite à rythme et c’est resté.

W : Pendant plus de 4 ans, tu te produisais à Paris dans les clubs parisiens. Tu faisais de la House et surtout, tu as rencontré Jacques, tu peux nous raconter ?

Miel de montagne : Belle rencontre ! En fait, je l’ai rencontré parce qu’il était mon coloc sans que je le sache. C’est mon autre coloc qui me l’a dit. C’est Jacques qui m’a présenté au label. Ça a été un des premiers gars qui m’a un peu filé confiance en moi pour ma musique.

W : Il t’a pris sous son aile ?

Pas sous son aile, car il n’avait pas vraiment le temps. Il était en tournée dans le monde entier. Jacques, c’est une fusée, c’est difficile de le voir mais c’est sûr que c’est une rencontre exceptionnelle. C’est quelqu’un de très généreux et il m’a ouvert quelques portes. D’ailleurs, je lui dis merci à Jacques !

W : Est-ce qu’un jour, nous pourrions entendre un titre Miel de Montagne en featuring avec Jacques ?

Miel de montagne : On voulait fait des morceaux mais, là il habite au Maroc donc ce n’est pas facile. Il a énormément de tournées, c’est une pression énorme d’autant voyager en étant seul, bien qu’il ait une petite équipe. Moi en tant que Dj, je connais un peu ce truc seul et c’est un peu fatiguant ce qui peut justifier qu’il fasse une petite pause mais, il va vite revenir… Et heureusement ! Mais pour répondre à ta question, ouais ce serait trop marrant, mais je ne presse pas les choses et j’ai envie de faire mon premier album avant.

Miel de montagne
Miel de montagne aux Bars en trans – Crédit: weirdsound.net

W : Cette année tu as sorti ton premier EP composé de 4 titres. Cet EP, il a été composé chez tes parents vers la Rochelle ?

Miel de montagne : J’avais créé déjà 3 morceaux à Paris dans ma petite chambre, mais c’était encore des ébauches, des brouillons et quand je suis rentré chez mes parents, j’ai fini tous ces morceaux parmi lesquels j’en ai choisi 4 qui sortaient du lot. Après, « le slow pour le chien » a été écrit chez mes parents car mon chien était à côté de moi quand j’écrivais. Ce chien, c’est une mamie immortelle, il n’est pas encore mort et il résiste, j’ai déjà envie de lui refaire une chanson du genre « Tu n’es pas encore mort » (Rire) (Rappelons qu’il est très attaché à son chien et qu’il souhaite qu’il meure le plus tard possible évidemment)

W : Tu as quitté Paris pour retourner chez tes parents. Est-ce que c’était une évidence pour un nouveau départ ?

Miel de montagne : Peut-être une petite nostalgie de l’enfance qui est revenue car je suis revenu à ce que je faisais quand j’étais enfant comme jouer de la guitare, chantonner et tout, c’est ce que je faisais quand j’étais ado et après j’ai commencé à me prendre la tête pour au final revenir sur quelque chose de moins prise de tête.

W : Dans cet EP, tu as un titre en featuring avec ta maman, peux-tu nous expliquer le lien que tu as avec ta mère ?

Miel de montagne : J’ai toujours été élevé dans la musique, ma mère a toujours accompagné mon père sur ses concerts en faisant les cœurs. Et elle chantonne souvent ma maman. Un jour, on était en vacances à Noirmoutier. Et j’avais fait une musique, avec un beat un peu kitch et pop. On allait manger et ma mère était à la cuisine. Je lui pose une question débile et elle répond « mais tu n’y connais rien » et elle le répétait pour me narguer. J’ai trouvé ça génial, je l’ai fait répéter et je l’ai enregistré, c’était trop pas calé et j’ai mis un effet trafiqué. Au final, ça marche ! Après si tu veux vraiment entendre sa voix c’est dans le prochain single, je l’ai mise sur les refrains. Car le truc, c’est que je voulais une voix féminine et souvent la seule que j’ai quand je suis chez mes parents, c’est ma mère. Elle chante hyper bien et ça rajoute ce petit côté sensuel, c’est marrant.  (Rire)

W : Tu arrives à séduire grâce à la musique ?

Miel de montagne : Euh non ! Si je parle autant d’amour c’est que ça m’intrigue beaucoup justement.

W : Pour nous, le titre « Pourquoi pas » est un véritable coup de cœur. Dès qu’on l’écoute, les paroles restent ancrées dans nos têtes, du coup on est obligé de te demander quelle est la recette de ton miel ?

Miel de montagne : La recette… Je ne sais même plus comment j’ai fait ce titre, surement dans ma chambre à Paris mais je ne m’en rappelle plus. C’est tellement spontané que j’ai l’impression d’avoir rien fait, en plus c’est en 5 temps, le morceau n’est trop pas réfléchi. J’ai dû partir du synthé et je m’étais trippé là-dessus. Mais je pense que le fait que ce soit spontané fait parfois que ça marche. J’ai chanté « Pourquoi pas » mais pour moi c’était une blague. Après tu ne captes pas pourquoi, mais le titre marche.

W : Tu sors mercredi prochain (Aujourd’hui) un nouveau single, que va t’on entendre dans ce morceau ?

Miel de Montagne :  J’ai passé mon permis il y a un an et je l’ai eu, du coup le morceau s’appelle « Permis B bébé ». C’est toujours dans le même registre avec plus de paroles.

Miel de montagne 1
Miel de montagne en live aux Bars en Trans – Crédit: weirdsound.net

C’est sur ces mots que l’on se quitte, il nous invite à passer le soir même à son concert en nous promettant un beau show. Il ne nous en fallait pas plus pour nous y rendre…

La nuit couchée, nous arrivons pile à l’heure dans le bar La Place dans le centre de Rennes. A l’entrée, il y a foule pour assister au concert. Nous serons même les derniers à pouvoir y accéder pour des raisons de sécurité. Nous montons les escaliers et là…. Une foule immense où il est impossible de poser un pied devant l’autre. Certains ont même des pré-ventes, chose que nous n’avions pas vu durant tout le festival. On a comme l’impression que Miel de montagne était attendu pour son passage aux Bars en trans. Il nous faudrait un périple de 2 jours pour atteindre le bar, nous laissons tomber l’idée de boire une petite mousse. Soudain, Miel de montagne prend possession de la salle avec un ami au synthé. Le jeune talent, guitare à la main et sourire aux lèvres, semble heureux d’être ici présent. Les premières notes sont jouées, le public vacille et reprend avec lui les paroles de ses morceaux. Je me faufile devant pour essayer de vous faire les « meilleures » photos. Croyez-moi avec mon bac+3, je n’ai pu faire mieux tellement que nous étions collés les uns aux autres.

Un bonjour, un sourire, une dédicace au monsieur à l’écharpe au fond, Miel de montagne n’oublie personne dans la salle. Il n’est pas seulement là pour jouer sa musique mais bien pour la partager avec son public. C’est un réel moment de communion qu’il crée en jouant avec sa voix et n’hésitant pas à monter dans les aiguës tout en se défoulant sur sa guitare. Au premier rang, une jeune fille, qui semble être une fan ultime, ne décroche pas de son téléphone pour immortaliser le moment. L’artiste, s’approche d’elle et tapote sur son écran. Le message est clair dans la tête de la jeune… Profite de l’instant présent ! Elle rougira, rangera son téléphone, et son sourire ne la quittera plus de la soirée.

Puis vient le moment où 3 notes sont jouées. Ces notes, ce sont les 3 premières du titre « Pourquoi pas ». Il n’a fallu que 3 notes au public entier pour crier de joie à l’arrivée de ce morceau. Les chœurs sont lancés par les voix féminines dans la salle. La grande majorité de la foule tape du pied ou vacille sur cette rythmique à 5 temps. Il terminera par jouer son dernier titre qui sort ce mercredi, « Permis B bébé ». Un titre que le public chantonne déjà.

Miel de montagne n’est pas prêt de s’arrêter puisqu’un deuxième single devrait sortir début 2019 et son premier album verra le jour le 5 avril prochain. En 2019 on entendra forcément parler de ce jeune talent au nom si doux… MIEL DE MONTAGNE ! Et pourquoi pas…


Facebook 

Laisser un commentaire