Aftershow : Les Escales 2017 – Samedi

FatherubuPosté par

Nous revoilà au festival des Escales à Saint Nazaire ! La programmation démarre en fin d’après-midi, ce qui vous laisse toute la matinée pour dormir, le midi pour vous faire un bon restaurant sur le beau littoral atlantique, et le début de l’après-midi pour battre la campagne ! Trois jours de festival, c’est aussi l’occasion de découvrir de nouveaux horizons.

Je stoppe ici ce descriptif digne du meilleur des guides du Routard ! Je précise que je n’écris pas ces lignes sous la contrainte de l’office du tourisme local. Repartons vers nos aventures musicales. Pour ce samedi 29 juillet, nous avons décidé de mixer découvertes musicales et grands classiques !

Sur les coups de 21H nous nous dirigeons vers la scène Estuaire pour découvrir Flint Eastwood. Cette jeune chanteuse, de son vrai nom Jax Anderson, est très attachée à sa ville d’origine, Detroit, où elle a créé un collectif artistique nommé Assemble Sound en 2015. Suite à la sortie de deux EP en autoproduction, elle se fait remarquer par un label et l’EP Broke Royalty voit le jour. Résolument féministe (il suffira d’écouter la chanson Queen pour s’en convaincre), Flint Eastwood dénonce le sexisme, mais aussi toutes les formes d’injustices et de discriminations que nous vivons au quotidien. La musique de Flint Eastwood est cependant loin d’être triste, c’est indéniablement pop : elle est pleine de percussions et de rythme pour vous faire bouger vos petites fesses…

IMG_0337Madame Flint Eastwood – Photo weirdsound / B.GUILLET

Je vous invite à vous pencher sur le Soundcloud de Flint Eastwood pour écouter quelques titres, comme par exemple Small Victories ou Monster, deux titres que j’apprécie particulièrement. Revenons-en à notre concert ! Situés au premier rang, nous assistons à l’arrivée de Flint sur scène, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle est en grande forme : c’est une pile électrique !

IMG_0338.jpgFlint sans son chapeau! – Photo weirdsound / B.GUILLET

Pleine d’énergie, Flint Eastwood se met le public dans la poche en à peine une chanson. Il y a du monde à perte de vue devant la scène, et ça remue son popotin jusqu’au fond de l’assemblée ! N’hésitant pas à prendre du temps pour communiquer avec l’auditoire français, Flint Eastwood entraine avec elle la foule et nous voilà partis pour une heure de show, sans doute l’un des meilleurs du festival. De Flint se dégage une aura exceptionnelle, elle fait assurément parti de ces rares privilégié(e)s capables de retourner une salle de concert en moins de quinze minutes !

IMG_0340.jpgDes chorégraphies audacieuses : c’est ça aussi Flint  Eastwood! – Photo weirdsound

Elle jouera en introduction son titre phare, Queen, mais nous aurons aussi le droit à Monster, Small Victories, Find Why You’re Looking For, God Only Knows, Rewind, Oblivious (mention spéciale à la chorégraphie très marrante) Glitches…Nous repartons conquis par la prestation de Flint Eastwood, et je ne peux que vous conseiller de découvrir cette artiste qui, je l’espère, fera parler d’elle !

Direction la grande scène pour voir la Fédération française de Funk débarquée ! Je suis obligé d’écourter ma présence devant la scène, du fait de mon entretien programmé avec Møme : direction les loges pour rencontrer ce sympathique DJ qui cartonne en ce moment, et qui était la tête d’affiche de ce samedi soir.

Puisque que Weirdsound est un blog avec des gros moyens, nous avons quand même des photos de la FFF.

fileUne première photo de la Fédération Française de Funk – Photo weirdsound

file2Et une seconde photo! – Photo weirdsound

Je ressors de ma rencontre avec Møme au moment où Derrick May entame la dernière partie de son set…c’est ça la vie de blogueur musical, on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre ! Nous faisons le choix de rester devant la grande scène du port pour attendre Møme, qui clôture sa tournée sur cette date à Saint-Nazaire, avant de s’envoler pour les États Unis.

J’ai adoré l’album Panorama, que j’ai dû écouter 157 fois en boucle dans le tramway en allant au boulot ! La musique de Møme est un pont entre l’électro française et la chillwave australienne, pays où Møme a séjourné pour composer ce bel album qu’est Panorama. Personne n’a échappé aux deux titres phares de l’album que sont Aloha et Alive, ainsi qu’à l’excellent Eclipse tiré de l’EP du même nom.

IMG_0361Møme sur la grande scène du port – Photo weirdsound / B.GUILLET

Møme enchaine les concerts, y mettant toute son énergie, et le public le lui rend bien, je vous invite à ce titre à visionner la courte vidéo prise au festival Beauregard en juillet dernier pour vous faire une idée.

Møme arrive sur scène ! Les écrans géants présents derrière la scène s’illuminent progressivement, le personnage présent sur la pochette de l’album Panorama prenant vie devant nous. Notre jeune DJ a un capital sympathie indéniable ! Sa simplicité et son humanité (n’ayons pas peur des mots !) lui permettent de créer une osmose avec son public, qui va perdurer toute la durée du set.

IMG_0367.jpgMøme derrière ses machines! – Photo weirdsound / B.GUILLET

Pour cette dernière date française, Møme nous soigne ! Comme à son habitude, il escalade le décor jouer de la guitare et mettre le feu à la grande scène. La quasi intégralité de Panorama va y passer, dont un magnifique Playground que je ne suis pas prêt d’oublier. Alive et Aloha sont plébiscités par les festivaliers, qui se laisseront aussi entrainés par Hold On et par Altitude !

IMG_0363.jpgOn en a pris plein les yeux et on s’est dandiné comme des petits fous! – Photo Weirdsound

Comme d’habitude pour un bon concert, la musique s’arrête bien de trop vite ! Mais de son propre aveu, Møme a épuisé toute sa setlist : Vivement le second album, que l’on puisse danser jusqu’au bout de la nuit !

IMG_0356Møme : en bonne voie pour conquérir la planète! – Photo weirdsound / B.GUILLET

Nous repartons vers l’hôtel, de la bonne musique plein la tête : La découverte d’une grande artiste en devenir, Flint Eastwood, et la confirmation d’un grand talent : Møme ! Pour la journée de dimanche, on parlera de Duane et du pape de la techno, Carl Craig : Stay tuned !

Laisser un commentaire