AntoineGB_Weirdsound_Hellfest-6

15 ans et une prog d’enfer : Hellfest 2020 (2022 special edition), le retour des géants!

Cet article est une mise à jour de l’annonce de la programmation de l’édition 2020 qui n’a pas eu lieu. Il propose un tour d’horizon sur ce qui a changé et n’a pas changé pour le premier week-end sold-out du festival.

Ça y est, la programmation est tombée! Le Hellfest 2022 se déroulera du 17 au 19 juin 2022 et du 23 au 26 sur le site historique de Clisson en Bretagne.

Un Mainstage poids lourd

Des pointures? Eh bien oui, des géants pourrait on dire. Jugez plutôt : Deep Purple, Judas Priest (50 ans de métal les gars! Et Rob est toujours là!), le retour d’anciens géants que l’on croyait disparus, les Deftones, Faith No More précédé de Megadeth qui vient d’éjecter son bassiste d’une manière un peu cavalière.En revanche, System Of A Down et les zinzins d’Infectious Grooves (formation originale avec Robert Trujillo) ne seront pas présents (ouin!). Mike Muir sera néanmoins dans les mu(i)rs avec Suicidal Tendencies , les non moins redoutables Killing Joke dont l’influence sur le genre n’est plus à démontrer assurera deux shows durant les deux week-ends. Toujours programmé sur le mainstage 1 le dimanche, les géants de Korn. Mais ils devront peut-être se produire sans sans leur bassiste Fieldy-Reginald Arvizu—qui a annoncé son retrait provisoire pour des raisons de santé (comprendre alcoolisme et addictions diverses). En 2017, il avait été remplacé par le jeune Trujillo, Tye, fils de… vous savez qui. Les poids lourds ne seront pas absents puisque à défaut de System ou d’Alter Bridge, c’est Avenged Sevenfold qui assurera le show de clôture dimanche.

Doit-on continuer et dire que le métal prog mélodique d’Opeth enchantera vos esgourdes sur le mainstage1? Toujours sur le mainstage, le samedi, le hard rock dans son essence la plus pure résonnera sur le site, puisque, hormis Deep Purple, le rock and roll brillera de tous ses feux et paillettes avec Airbourne et The Darkness. Le contrepoint comique sera assuré par les clowns glam de Steel Panther et le dimanche Phil Anselmo cette année sera sur scène avec Down.

The Darkness sur le Mainstage 2 le samedi

Ich liebe dich

Le rock s’écrit aussi dans la langue de Goethe, n’en déplaise aux puristes, car la Queen Of Heavy Metal est née à Dusseldorf, a joué dans Warlock et s’appelle Doro (…thee Pesch). Elle assurera le show le dimanche. Son compatriote, frère de Rudolf et co-fondateur de Scorpions-prévus eux le week-end suivant, Michael Schenker lui succèdera ce dernier jour, toujours sur le mainstage 2. Encore un retour? Oui, les français de Sortilège. Fort de très bons albums et d’un certain succès dans les années 80, ils ont remis le couvert et repris la route pour nous chanter “Méééétaaaamorphoose”. Dans les retours, je regrette de ne pas voir apparaitre My Chemical Romance qui ont annoncé leur reformation il y a quelques semaines. Dommage…

“Deutchland is here to rock your ass” avec Running Wild, les teutons power-metalleux qui officient depuis…1976! Du bon, du beau, du boche! Vous pourrez vous rendre compte que le metal ça conserve par-delà toutes les frontières, géographique, de genre ou de couleur le dimanche en appréciant ce très bon groupe qui devrait jouer avant le show assez attendu par votre rédacteur des anciens de la perfide Albion qui sont là depuis 1969, Judas Priest.

Fan de…

Sur les scènes plus typées, comme la Valley, où officieront Jaz Coleman et sa clique, on retrouvera le stoner fuzz psyché d’Electric Wizard ou encore le métal qui arrive à être à la fois classieux et brut de Baroness, et puis, oh joie! Trois groupes dont je suis un fan absolu, Black Mountain et leur prog rock, ASG dont on vous a parlé ici et les suédois de Greenleaf. Nous n’avons malheureusement jamais eu le temps d’écrire en détail sur l’excellent post/prog de Elder qui sera de la partie sous ce même chapiteau. Nous ne pouvons que vous conseiller l’écoute de leur dernier opus, Omens. Les français de Lysistrata et leur math/punk-rock péchu seront également de la fête pour notre plus grand plaisir.

Un brin de rock prog, ça ne fait pas de mal

Sous l’Altar? Et bien quand on parle de géant, il y aura les trashers de Sacred Reich que j’ai raté au Motocultor en 2019, Obituary, le speed metal canadien d’Exciter avec Dan Beehler qui a fait son retour au chant et derrière les fûts. Meshuggah programmés initialement pour 2020 ne seront pas là non plus. En revanche, et le plaisir sera sans doute aussi intense, c’est Mastodon, qui avait été annoncé à la dernière minute l’année dernière, sera sur la Mainstage 2 le vendredi. La Warzone ne verra pas le retour d’Ice T et de son Body Count mais celui de Rude Boy qui viendra jouer les titres d’Urban Dance Squad. Pour avoir vu le groupe dans sa meilleure période, le défi pour rivaliser avec la classe et la présence des musiciens d’origine est de taille. En espérant que Rude Boy n’ait rien perdu de sa verve ni de sa hargne. La présence des vénérables Social Distortion sera appréciée le samedi, et on pourra se réjouir d’écouter le métal-rock fusion de Dog Eat Dog, de chanter les hymnes des foufous plus si jeunes de la bande à “Olga” alias Michael Algar derrière ses lunettes noires légendaires accompagné de ses poupées jouets (Toy Dolls pour les non-pratiquants).

15 ans à 17 ans…

2020 aurait du être l’année des 15 ans du Hellfest. Malheureusement (ou heureusement quand on voit l’affiche de l’édition de l’an prochain?), il faudra attendre 2022 pour fêter les 15 ans du festival après 17 ans d’existence officielle. Et quel anniversaire!

Pour finir dans les annonces de cette nouvelle affiche du premier week-end, rappelons dans le désordre la présence de Coroner, Envy ou encore et aussi venu du Japon, Mono, de France, Regarde les Hommes Tomber, Frustration

Le Temple verra se produire Abbath et son death puissant, les excellents français d’Alcest ou encore les suédois de Watain qui officient dans la messe Black depuis le début des années 2000.

Le post-metal à haute teneur émotionnelle des français d’Alcest

Deux week-end et l’eau à la bouche

Bref, comme d’habitude, rien qu’à énumérer les groupes, on en a l’eau à la bouche. Et puis le festival a su au cours des années installer une ambiance à nulle autre pareille (220 000 spectateurs qui se sont côtoyés dans le plus grand respect pour l’édition 2019) qui fait de cette date de la mi-juin un évènement bien plus attendu que la fête de la musique. En espérant que les engagements environnementaux des organisateurs leur feront mettre la pédale douce sur les flammes et autres combustions d’énergies fossiles. Certains groupes et festivals prennent la mesure de l’ampleur du problème (enfin!) et agissent tant bien que mal. Un dur équilibre entre le plaisir intense de la musique live et l’urgence écologique.

Pour ceux qui souhaiteraient revivre les éditions précédentes, quelques morceaux choisis :

2018 : notre live report sur la seconde journée

2019 : notre live report sur le troisième jour

Alors les ami(e)s? On se voit en juin à Clisson? J’espère que vous avez déjà vos places en tout cas, sinon il va falloir faire prier (le Diable bien entendu) pour trouver vos précieux sésames sur le web. Car si ce premier week-end est complet puisque les billets de 2020 sont valable pour cette édition, en revanche, les tickets pour les quatre jours suivants qui resteront après la pré vente du 6 juillet seront mis disponibles à partir du 7 à 13h : ne vous faites pas entuber par des sites peu scrupuleux, passez directement par la communauté du Hellfest via le site officiel!

Pour le reste : https://hellfest.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page